Nos Vidéos :

Nos coordonnées :

Tendance Bois
197 c rue du Général-Koenig
59136 WAVRIN
Tel : 03.20.90.09.74
Fax : 09.70.63.07.78
contact@tendancebois.fr

 

En octobre et novembre 2014 : la Voix du Nord s'intéresse à la construction en ossature bois et consacre 2 articles à Tendance Bois

Télécharger en pdf :

L'article du 26/10/2014

L'article du 4/11/2014

Des questions ? Contactez-nous : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Home --> Actualités --> La Voix du Nord du 26/10/2014

Métropole lilloise: maisons individuelles, extensions, petits collectifs... le bois a la cote

Publié le 25/10/2014 BRUNO TRIGALET

Le texte de l'article :

Le plus souvent, on les remarque parce qu’elles présentent des formes architecturales originales. Mais les maisons à ossature en bois peuvent aussi se confondre avec des constructions en matériaux classiques. Ce qui est sûr, c’est que leurs qualités en matière d’économie d’énergie les rendent de plus en plus attrayantes.

L’équipe de Tendance Bois a mis moins de quinze jours pour construire une maison à Loos.

Il y a quelques décennies, il ne serait venu à l’idée de personne de faire construire, par chez nous, une maison en bois. L’histoire des trois petits cochons et de leurs maisons, la première en paille, la deuxième en bois, la troisième en briques était encore très présente dans les esprits... Et chacun sait que seule la troisième résistait au souffle du loup...

« Les mentalités ont énormément évolué explique l’architecte marquettois Vincent Cretin : depuis quelques années, le message écologique est plus audible. Les idées reçues tombent. Et vient l’argument économique : les gens se rendent compte que le bois, en plus d’être un éco-matériau, c’est moins coûteux, à résistance thermique égale, que d’autres matériaux ».

Le marché a explosé

Le marché a explosé il y a quelques années. « Mais ça s’est un peu tassé : beaucoup d’entreprises qui se sont créées depuis quatre ans n’ont pas survécu » estime Frédéric Talleux, 41 ans, charpentier de formation. Lui et un de ses amis, Gérald Pante, lui aussi charpentier, ont créé Tendance Bois en 2006, PME établie à Wavrin qui emploie six salariés.

Seulement quinze jours de travaux

En ce moment, toute l’équipe se trouve à Loos pour monter une maison. Un chantier qui n’aura duré que quinze jours. « On fait un maximum en atelier », commente Frédéric Talleux pour expliquer cette rapidité.

Les murs extérieurs peuvent être peints ou recouverts de bardage en matériaux composites, en bois, voire en brique. Une diversité qu’on retrouve aussi à l’intérieur : habiter une maison en bois, ce n’est pas nécessairement vivre dans un chalet ! « Ce qui est sûr, c’est que ces maisons offrent des qualités thermiques très hautes. Et pour peu que l’on prévoie une isolation renforcée, une étanchéité parfaite, des entrées de lumière au sud et un système de ventilation double-flux, on arrive à une maison passive, c’est-à-dire qui consomme moins de 15 kW/m2/an ».

Une multiplication de projets

Cette qualité qui permet d’atteindre facilement les normes BBC (bâtiment basse consommation) voire celles de la maison passive, explique que, de plus en plus, les constructions en bois ont les faveurs des particuliers mais aussi des entreprises (le restaurant Tomate Cerise de Noyelle-Godault vient d’être réalisé par Tendance Bois) ou des institutions (l’établissement public de santé mentale de l’agglomération lilloise a fait le même choix pour ses appartements thérapeutiques de Roubaix). Et comme des constructeurs ont industrialisé le processus de fabrication, l’ossature en bois est aussi utilisée, désormais, pour des programmes de logements incluant des maisons et petits collectifs à loyers modérés ou en accession aidée. Ce sera, par exemple, le cas de l’éco-quartier d’Hallennes-lez-Haubourdin porté par le groupe Nexity.

Triplement de l’activité en quinze ans

Les derniers chiffres de la filière professionnelle bois, publiés en 2013, font état d’une évolution considérable du marché : sur les 118 956 maisons individuelles mises en chantier en France en 2012, 14 320 étaient des maisons en bois, soit 12 %. En 2000, on en dénombrait seulement 5 000... Dans la région Nord - Pas-de-Calais, cette proportion est un peu plus faible (9,3 %). Mais il n’en reste pas moins que, grosso modo, une maison sur dix construite en ce moment dans le Nord est en bois. Et la proportion est deux fois plus élevée en ce qui concerne les chantiers d’extensions (20 % des agrandissements de maisons). Le chiffres de la profession confirment aussi que le recours au bois dans les chantiers de logements collectifs, bien que modeste pour l’instant (environ 5 %), présente une perspective d’évolution estimée à + 7 %.

Doublement écologique

Le procédé de fabrication qui est désormais le plus utilisé et de très loin, c’est celui de l’ossature en bois (plutôt, par exemple, que la technique de l’empilement de madriers utilisée pour les chalets). Ce procédé a les faveurs du public car il répond aux normes de plus en plus exigeantes en matière de réglementation thermique et apparaît donc comme vertueux en matière d’économie d’énergie, donc doublement écologique.